Le Musée d’Anthropologie de Monaco et le Congrès international de 1906

Le Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco est fondé en 1902 afin de

"conserver les vestiges d’humanités primitives exhumées du sol de la Principauté et des régions avoisinantes".

Situé dans les actuels locaux du Conseil national, il avait pour mission d’assurer la conservation et la présentation des squelettes et des récoltes archéologiques exhumés au cours des fouilles que le Prince Albert Ier avait fait pratiquer dans les grottes de Monaco, de Menton et de Grimaldi. La direction du musée est confiée au chanoine de Villeneuve en janvier 1903.
à l’inauguration, le musée, qui occupe les anciens bureaux du Gouvernement, comprend, au rez-de-chaussée, trois salles : antiquités monégasques (cimetières romains de la Condamine, ossuaires néolithiques de Monte Carlo, matériels néolithiques des Spélugues et des Bas-Moulins), Grotte des enfants (industrie et squelettes des sépultures, matériel lithique de la caverne du Cavillon et de l’abri Lorenzi), caverne du Pont-Romain (présentation dans l’ordre stratigraphique de la faune et de l’industrie de la grotte du Prince). Au premier étage, la salle du Trésor (ensemble de bijoux, médailles et moulages de statues). À ces salles sont annexés un laboratoire de préparation et un autre de photographie, une bibliothèque spéciale et une salle d’étude.


Salle de présentation du matériel recueilli dans les grottes de Grimaldi du Musée d’Anthropologie de Monaco

La treizième session du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique qui s’ouvre le 16 avril 1906 à Monaco marque une étape importante dans l’engagement du Prince aux côtés de la paléontologie humaine et des scientifiques qui l’animent. Sans l’intervention du Prince, jamais ce congrès n’aurait pu se tenir. Vienne ayant renoncé en 1903 à l’accueillir, sollicité par R. Verneau il offrit alors l’hospitalité de la Principauté et sauva ainsi cette réunion scientifique internationale.

"L’Anthropologie mérite une part de plus en plus grande dans nos préoccupations, si l’on songe combien il est irritant pour l’Homme d’avoir fait produire à son cerveau tant de progrès intellectuels et d’être devenu le maître du monde, sans rien savoir encore de ses origines, de sa descendance, ni de ses parentés au milieu de la foule vivante."
"C’est dans le Palais de la Mer que l’Anthropologie trouve accueil aujourd’hui [...]. Car l’étude des lois physiques et chimiques de la mer conduit à l’explication des remaniements géologiques de notre planète et des luttes successives entre les continents et les mers. Les progrès de la Biologie et de la Zoologie maritimes permettent d’utiliser les révélations de la Paléontologie pour constituer l’échelle des transformations infiniment nombreuses par lesquelles une force que nous appelons la vie a fait passer la matière organique. Et la Météorologie, si intimement liée avec l’Océanographie par des rapports incessants, nous aide à comprendre les fluctuations, les migrations et la distribution géographique des êtres, y compris celles de l’homme."
Discours d’ouverture de S.A.S. le Prince Albert Ier, protecteur du congrès, prononcé par S.A.S. le Prince Héréditaire Louis.

 

La photographie officielle du Congrès de 1906 prise lors de l’excursion du 17 avril
 
Le mardi 17 avril l’ensemble des congressistes, emmenés par M. Boule représentant le Muséum national d’histoire naturelle, se déplacent aux grottes des Baoussé-Roussé. Cette excursion permet à chacun de comprendre l’importance des travaux réalisés à l’initiative du Prince.

SOMMAIRE